Imprimer
Publications externes > Articles externes
dimanche 7 mai 2006

Le tour du monde en 80 jours à l’énergie renouvelable

Voir aussi: Planetsolar
 

Une autre approche du monde

« Nous voulons être les Philéas Fogg du XXIe siècle », avoue le Neuchâtelois Raphaël Domjan, initiateur du projet PlanetSolar. Près de 133 ans après le héros né sous la plume de Jules Verne, ce sportif au coeur d’aventurier rêve d’un tour du monde en 80 jours par voie maritime et à l’énergie renouvelable, principalement d’origine solaire. Mais contrairement au maître de la littérature d’anticipation, ses visions futuristes, Raphaël Domjan veut leur donner une dimension concrète. Pour matérialiser une idée qui s’est imposée à lui « comme une évidence » il y a deux ans, il s’est entouré de spécialistes dans leur domaine pour créer PlanetSolar, un défi helvético-français à la fois technologique, humain et écologique. Une association a été créée au Pays des Trois-Lacs, dans le prolongement de l’esprit d’Expo.02.

Une vraie (r)évolution

Le but de l’équipe de PlanetSolar ? Créer une véritable (r)évolution !

Une révolution en étant les premiers à accomplir un tour du monde - en passant par les océans Atlantique, Indien et Pacifique - avec un trimaran « solaire », c’est-à-dire propulsé par une motorisation silencieuse et non polluante totalement alimentée par des énergies renouvelables.

Cet exploit « expérimental » sans précédent s’inscrit dans une philosophie ayant des enjeux capitaux : faire évoluer les mentalités et la technologie des véhicules hybrides. Une volonté qui passe par des développements de matériaux et de structures composites, ou encore par la production et le stockage d’énergie (ou d’électricité) photovoltaïque.

Aujourd’hui, notre société dépend d’énergies fossiles que l’on sait forcément limitées, et dont on mesure les effets sur l’atmosphère. Dans un contexte de taxes destinées à favoriser le respect de l’environnement et de fièvre du marché pétrolier, il s’agit de démontrer le potentiel qu’offrent les énergies renouvelables dans le domaine de la mobilité. La préservation de notre planète, par la promotion de l’énergie photovoltaïque, de la pile à combustible et du bateau électrique, est donc au centre de ce projet. Celui-ci représente une formidable occasion d’informer et de sensibiliser le grand public à l’importance des énergies renouvelables.

Car l’émerveillement est le premier pas vers le respect de notre planète

Chronologie :

2004-2005 Première étude de faisabilité par la société MW-Line SA, à Yvonand (Vaud)

Mars 2006 Annonce du défi

Dès mars 2006 Recherche de partenaires financiers et de sponsors (1 à 3 sponsors principaux, visibles sur le bateau, s’en partageront la propriété)

2006-2007Mise en place de léquipe opérationnelle

2006-2007 Design conceptuel

2006-2008 Design détaillé et fabrication du bateau

Début 2008 Premiers tests

Dès 2008-2009 Départ pour le tour de monde avec escales, à l’énergie solaire, en 120 jours. Ce dernier sera synonyme de première traversée de l’océan Atlantique et Indien avec un tel bateau. Dans l’océan Pacifique, il s’agira de battre le record de la traversée sur un bateau solaire (138 jours), détenu depuis 2003 par l’aventurier japonais Horie Kenichi.

Dès 2010-2011 Départ pour le tour de monde sans escale, à l’énergie solaire et à l’hydrogène, en 80 jours

Tous les détails de cette formidable aventure sur le site de planetsolar :

http://www.planetsolar.org/objectifs.fr.shtml