Publications externes > Lu pour vous
lundi 1er décembre 2008 par Michèle Gilkinet
Ceci est un article externe qui ne reflète pas la position officielle du GRAPPE

BioWanze : bon pour la planète ?

 

Chez nous BioWanze, ce gros machin destiné à produire de l’éthanol pour alimenter nos bagnoles, vient de démarrer. Admirer le nom choisi qui nous fait croire qu’on est du coté des changements à apporter à nos modes de consommations pour rencontrer les défis écologiques !

Qu’en est-il exactement ? Rien ne vaut les sources directes pour s’en rendre compte. J’ai donc été voir sur le site de la société BioWanze elle-même (1) :

BioWanze utilisera annuellement près de 800.000 tonnes de blé - ce qui correspond à approximativement à la production de 100.000 ha.

Près de 2 millions de tonnes de blé ont été récoltées en Belgique en 2008. 800.000 tonnes par rapport à 2 millions de tonnes annuelles, on n’a donc pas à faire à une quantité négligeable ! Il est d’ailleurs d’ores et déjà prévu de s’alimenter chez nos voisins, en Allemagne et en France notamment. Jusqu’à ce qu’à leur tour ils utilisent leur blé pour produire leur éthanol ?

Certes l’Union Européenne produit beaucoup plus de blé qu’elle n’en consomme. Mais faut-il pour cela en faire une ressource énergétique pour nos bagnoles tout en continuant à importer les tourteaux de soja pour nos élevages hors sol ? Pour que l’élevage intensif fonctionne en Europe, il faut qu’une surface équivalente à 7 fois celle de l’Europe soit employée dans d’autres pays à produire l’alimentation que réclament les animaux élevés selon ce mode de production (2). En effet, l’élevage industriel utilise largement les aliments composés pour animaux à base de soja ou de maïs produits ailleurs au détriment de cultures vivrières et souvent après un déboisement ou un défrichage massif.

Extrait du site de BioWanze :

« La culture de blé pour la production de bioéthanol donne aux agriculteurs une opportunité d’accéder à un nouveau marché. »

Le marché toujours le marché ! Mais pourtant un marché impossible à tenir sauf à des coûts humains et environnementaux démentiels. Il est vrai que le marché profite de tout. Même de la crise alimentaire.

Extraits de la crise alimentaire en chiffres (3)

• Augmentation des profits des trois plus grosses compagnies d’engrais du monde (Potash Corp, Mosaic, Yara) en 2007 :
+139% (profits totaux pour 2007 = 2,9 milliards de dollars US)

• Augmentation des profits des trois plus grosses compagnies céréalières du monde (Cargill, ADM, Bunge) en 2007 :
+103% (profits totaux pour 2007 = 5,3 milliards de dollars US)

• Augmentation des profits des trois plus grosses compagnies de semences et de pesticides du monde (Monsanto, Syngenta, DuPont) en 2007 : +91% (profits totaux pour 2007 = 3 milliards de dollars US)

Tous ces faits nous interpellent une fois de plus d’autant que les limites des systèmes sont dépassées comme on le voit dans le cas de la crise alimentaire (4). Ils nous indiquent une fois de plus combien nous devrions remettre en cause le modèle de développement auquel nos décideurs restent tellement attachés comme ils le montrent lorsqu’ils parlent et soutiennent Biowanze.

A ce propos la réponse de Paul Magnette, Ministre fédéral de l’environnement, à une question parlementaire de Jean-luc Crucke est édifiante. Rien que le titre est éclairant : "Biocarburants belges, Bio-Wanze : c’est oui , oui, oui et encore oui ! Interrogé par Jean-luc Crucke, Paul Magnette adopte une position claire" (5).

Je croyais Magnette, plus réfléchi que ça.

M. Gilkinet


Notes

(1) Source BioWanze :

http://www.biowanze.be/fr/Grondstoffen/Tarwe/

(2) Source : Serge Latouche, le pari de la décroissance page 43.

(3) Source : L’aide en semences, l’agrobusiness et la crise alimentaire. Publication Le grain :

http://www.grain.org/seedling/?id=573

(4) Pour plus d’informations voir : Vers un crash alimentaire :

http://www.grappebelgique.be/spip.php?article954

(5) Vous la trouverez ici :

http://jlcrucke.be/labels/Bio-wanze.html