Publications externes > Lu pour vous
mercredi 8 octobre 2008
Ceci est un article externe qui ne reflète pas la position officielle du GRAPPE

Aliments irradiés : atome, malbouffe et mondialisation

Voir aussi: Publication du Grappe
 

Parution du 1er livre en France sur l’irradiation des aliments. Voir également si ce sujet vous intéresse :
Irradier nos aliments ? Non merci ! Une publication réalisée en coédition par le Grappe, la Fugea, le Réseau Sortir du nucléaire et Public Citizen. Mars 2005.

Dès lors que les préoccupations relatives à la sécurité alimentaire ont pris, à juste titre, une place prépondérante dans le débat politique, il serait dommageable d’ignorer ou même de sous-estimer les risques pour la santé et les retombées pour la société de certaines techniques contestables utilisées dans la chaîne alimentaire. L’irradiation des aliments est de celles-ci.

Un dossier rédigé par Maria Denil - Paul Lannoye et la participation de Morgan Ody.

Cette publication est disponible en Belgique auprès de Grappe asbl, 26 rue Basse Marcelle à 5000 Namur. Tel 071/230969 ou auprès du Secrétariat :

info@grappebelgique.be

Aliments irradiés : atome, malbouffe et mondialisation

L’irradiation des aliments est officiellement une technologie idéale au service de la sécurité sanitaire mondiale permettant d’éliminer des pathogènes responsables de millions d’infections d’origine alimentaire. Elle est souvent présentée comme une alternative bienvenue à
l’usage d’autres dispositifs comme les produits chimiques (devenus interdits ou impopulaires parce que toxiques). C’est cependant - et surtout - une technologie multi usages (conservation, décontamination, ralentissement du mûrissement,inhibition de la germination) servant à merveille les intérêts de multinationales, répondant à des normes de gestion du risque calibrées pour la production et la commercialisation industrielle de masse à l’échelle mondiale. C’est ainsi un outil de domination économique stratégique. Après la vache folle, à côté des pesticides et des OGM, l’irradiation des aliments.

Dans cet ouvrage collectif, des scientifiques, écologistes, économistes,syndicalistes et consommateurs apportent leur regard sur l’irradiation des aliments et le contexte dans lequel son usage se répand. C’est en réalité un instrument méconnu - mais emblématique - de la mondialisation
des échanges agro-alimentaires, sous influence pro nucléaire. C’est une technologie en plein développement au niveau mondial, encouragée par les institutions internationales et certains États malgré des conséquences sanitaires,environnementales et socio-économiques non négligeables.Les risques pour la santé qu’elle induit et les conséquences socio-économiques et environnementales de sa prolifération ne sont pas anodins : perte de vitamines, risques de perturbations génétiques et d’apparition de tumeurs cancéreuses ; conséquences pour l’emploi et l’économie locale par la délocalisation des productions ; risques liés au fonctionnement d’installations et au transport de matières nucléaires,aux modes de production et de distribution industriels de masse (pollutions,changement climatique, atteinte aux milieux naturels et à la biodiversité). Si nos institutions - mondiales,
européennes et nationales - taisent ces enjeux sous couvert de « sécurité sanitaire » et de satisfaction de la demande des consommateurs, il revient aux citoyens de s’informer et d’agir.

Ouvrage coordonné par le Collectif français contre l’irradiation des aliments avec les contributions de Geneviève Azam, Jean-Pierre Berlan, Roland Desbordes, François Dufour, Yann Fiévet, Thierry Folliard, Véronique Gallais, Wenonah Hauter, Christian Jacquiau, Guy Kastler, Paul Lannoye, Lylian Le Goff, Catherine Le Rohellec, Olivier Louchard, Gilles Maréchal,Yveline Nicolas, Christian Rémésy, Aurélie Trouvé, François Veillerette.

Informations et commande :

http://www.irradiation-aliments.org/spip.php?article49