Publications externes > Communiqués reçus
mardi 11 février 2020 par Geneviève
Ceci est un article externe qui ne reflète pas la position officielle du GRAPPE
A guichets fermés ?

Appel de Matabiau manifestation contre la déshumanisation liée au numérique Vendredi 31 janvier 2020

 

Appel de Matabiau

Transmis par un membre d’Ecran total :

Vendredi 31 janvier 2020, nous étions 70 à manifester dans les halls de la gare Matabiau pour dénoncer la politique de suppression systématique des guichets SNCF, le transfert de la billetterie sur Internet et la guerre sociale menée aux salariés du rail pour parvenir à la marchandisation du service public ferroviaire. Nous avons tourné en dérision le « chatbot » du site ouiscnf.com. Nous avons distribué à une heure de pointe un millier de tracts « A guichets fermés ? » et quelques centaines de lettres à adresser à la ministre des Transports et au président de la SNCF, pour exiger qu’il reste possible de prendre le train sans disposer d’un smartphone, ou d’une imprimante avec connexion Internet1.

Au même moment, le même tract et la même lettre ont été distribués en gare de Grenoble par quelques membres d’Ecran total ; et une action du même type que la nôtre a été menée, à moins nombreux, en gare de Mâcon : avec leurs banderoles, les camarades d’Ecran total de la Saône-et-Loire ont surtout insisté sur les dommages écologiques causés par l’expansion incessante du numérique.

A Toulouse, il y avait aussi bien des membres d’Ecran total que d’Extinction Rebellion, des Gilets jaunes que des opposants aux compteurs Linky, de simples citoyens ou voyageurs en colère contre la direction de la SNCF, contre sa politique de déshumanisation – la suppression des humains partout où cela est possible, dans les gares, sur les trains, autour des voies, au profit de machines et d’algorithmes.

Si nous avons trouvé important de venir manifester dans une gare, en cette fin de mois de janvier, c’est à la fois pour témoigner notre soutien et notre reconnaissance aux grévistes du rail, fers de lance de la résistance à la démolition du régime de retraites ; et parce que le management que les cheminots subissent au quotidien est particulièrement agressif et destructeur – il y a de nombreux parallèles à faire avec ce qu’ont connu les salariés de France Télécom il y a vingt ans, entre autres les suicides qui se multiplient.

Mais nous aurions pu aller dans bien d’autres endroits, partout où des agents des services publics sont supprimés, ou réduits à n’être plus que les appendices embarrassés d’un site Internet, en général synonyme de dédale kafkaïen pour les usagers : à la Sécu, à la CAF, au Pôle emploi, à la Poste, au centre des impôts, en Préfecture, à l’école...

C’est pourquoi nous lançons ici un appel à la résistance, par la désobéissance, contre le Plan Action publique 2022. (texte complet en pièce jointe, ainsi que le tract de l’action)

1 Voir le compte-rendu de Gaspard d’Allens et Alain Pitton, « Des humains plutôt que des machines : usagers et cheminots contestent la numérisation des gares », en date du 3 février, sur le site www.reporterre.net


Appel de Matabiau
A guichets fermés ?