Accueil
mardi 1er juin 2010 par Michèle Gilkinet
Edito de juin

Une bonne Résolution

 

A Cochabamba, en Bolivie, s’est tenu du 19 au 22 avril 2010, la première Conférence mondiale des peuples contre le changement climatique. Son objectif : ne pas laisser l’échec de Copenhague paralyser l’action et montrer que les peuples peuvent donner de la voix et même montrer de nouvelles voies.

Plusieurs thèmes importants ont été abordés durant la conférence, plusieurs thèmes que nous ressentons en résonance avec ceux que nous essayons de débroussailler jour après jour dans notre association.

Cette conférence s’est clôturé par une résolution importante que nous avons décidé de mettre en ligne tant elle ouvre de nouveaux chemins pour la pensée. On y est loin en effet de ce qui nous est encore si souvent proposé par les média traditionnels. Par contre on est proche, très proche, de tout ce qui se discute dans la sphère grandissante des Objecteurs de croissance et de ce dont nous avons parlé le 15 mai dernier à l’occasion du grand forum de débats « Territoire et décroissance » que nous avons organisé avec la Maison de l’Ecologie et en partenariat avec les Amis d’Entropia et le soutien du mouvement politique des Objecteurs de croissance belge et de la Communauté française.

On y est loin, très loin de ce qui confisque le débat électoral en Belgique ces jours-ci. Par contre, on y est proche, très proche, des nombreuses discussions que nous avons autour de nous avec bon nombre de nos voisins.

Un constat s’impose donc : malheureusement la distance entre les citoyens et ceux qui font la politique aujourd’hui se creuse encore chez nous. Lors des rencontres spontanées ou organisées qui se multiplient entre voisins, on le voit : les discussions sur ce qui fonde le politique et les choix de société augmentent loin de BHV et d’un nombrilisme belgo-belge. Très loin de la "peopolisation", ou de l’"à poil électoral" dénoncé à juste titre par Pierre Titeux d’Inter environnement Wallonie.

On en est plutôt à discuter de ce qui pourrait fonder une "Bonne résolution", de ce qui pourrait fonder une déclaration commune des peuples de la Terre, de ce qui pourrait fonder leur commun et le respect de leur indispensable diversité.

Dès lors, le mot idéologie devient moins tabou et on s’aperçoit que les plus idéologues étaient bien finalement ceux qui prétendaient ne pas l’être en ce cachant sous un pseudo-réalisme ou sous une accessibilité factice du discours.

La résolution que nous vous proposons s’inscrit, me semble-t-il dans cette dynamique. Vous la trouverez ici : http://www.grappebelgique.be/spip.php?article1288

Merci à tous ceux qui par leur travail de traduction ont rendu ce texte accessible à tous les francophones.

Bonne lecture et bon travail

Qui sait ? On se retrouve pour en parler lors d’un pique-nique décroissant ou à l’occasion de la fête du solstice ?

Michèle Gilkinet, présidente du Grappe