Publications externes > Communiqués reçus
jeudi 27 mai 2010 par Réseau "Sortir du nucléaire"
Ceci est un article externe qui ne reflète pas la position officielle du GRAPPE

Rapport Roussely : la déroute du nucléaire français classée secret défense !

 

Communiqué de presse du vendredi 21 mai 2010 du Réseau "Sortir du nucléaire"
Fédération de 876 associations
agréée pour la protection de l’environnement

http://www.sortirdunucleaire.org/

Rapport Roussely : la déroute du nucléaire français classée secret défense !

- Sortir du nucléaire réclame le déclassement du rapport Roussely

- Mot d’ordre : cacher le dangereux délabrement du nucléaire français ?

Le Réseau "Sortir du nucléaire" réclame le déclassement du rapport Roussely sur l’évolution de la filière nucléaire française, classé "secret défense".

Derrière l’écran de fumée des discours sur la transparence, on cherche encore à cacher aux citoyens des informations essentielles, sur des évolutions qui impacteront la sécurité de tous les Français. Au royaume de l’atome, le nucléaire reste le fait du Prince !

Il est révélateur que cette classification "secret défense" touche même la partie du rapport consacrée au nucléaire civil. On peut présumer qu’il s’agit de cacher des données "explosives" sur les très grandes difficultés traversées par le nucléaire français. Le rapport Roussely contient-il des éléments encore plus graves que ce qui est déjà connu ? Rappelons que :

- Le réseau électrique français est en piteux état, et particulièrement vulnérable : en cas d’atteinte à un nombre même restreint de pylônes haute tension, le black-out est possible.

- Le parc nucléaire français est dans un état de délabrement extrêmement inquiétant, à tel point que les travailleurs du nucléaire eux-mêmes lancent l’alerte. Quant à l’Autorité de Sûreté Nucléaire, elle s’autocensure plus que jamais[1].

- Du fait de la vétusté des réacteurs français, leur disponibilité est tombée à son plus bas niveau depuis 18 ans. Et la prolongation annoncée de la durée de vie des réacteurs français coûterait une fortune à EDF (35 milliards d’euros selon Henri Proglio), alors même que des pièces cruciales comme les générateurs de vapeur ne peuvent être remplacées qu’à un rythme extrêmement lent[2].

- A l’instar des autres installations nucléaires françaises, le réacteur EPR n’est pas conçu pour résister au crash d’un avion de ligne, et sa conception accroît dangereusement les risques d’accident nucléaire grave[3].

- En cas d’accident nucléaire majeur, les dispositifs prévus (plan ORSEC-Rad) seraient notoirement insuffisants pour protéger les populations. Même une distribution symbolique de pastilles d’iode à toute la population serait impossible, le nombre de lits d’hôpitaux disponibles dérisoire... et surtout, qui serait volontaire pour "liquider" les conséquences de la catastrophe au péril de sa vie ?

Enfin, l’information la plus explosive contenue par le rapport Roussely, celle que Nicolas Sarkozy souhaite soigneusement dissimuler, est peut-être la suivante : les difficultés gigantesques du nucléaire français rendent indispensable l’arrêt immédiat du programme EPR et la sortie du nucléaire est incontournable !

Contacts presse :

Marc Saint Aroman - 05 61 35 11 06

François Mativet - 06 03 92 20 13



[1] http://www.sortirdunucleaire.org/actualites/communiques/affiche.php?aff=686

[2] Le Point, mercredi 19 mai 2010, « La vétusté des réacteurs nuit à la puissance nucléaire française » ; Lemonde.fr, 18 mai 2010, « L’électricité sera de plus en plus chère »

[3] Voir sur notre site http://www.sortirdunucleaire.org/

— 
Réseau "Sortir du nucléaire"
Fédération de 880 associations
agréée pour la protection de l’environnement
http://www.sortirdunucleaire.org/