Publications externes > Lu pour vous
lundi 15 février 2010 par Michèle Gilkinet
Ceci est un article externe qui ne reflète pas la position officielle du GRAPPE

Jacques Ellul, l’homme entier

 

Le film de Serge Steyer est enfin disponible en DVD

Petit rappel de qui était JACQUES ELLUL (grâce à Wikipedia notamment) :

Jacques Ellul (1912 - 1994) a été un professeur d’histoire du droit, théologien protestant et sociologue français.

Il est considéré, aux côtés de Habermas, Heidegger, Simondon, Leroi-Gourhan et Günther Anders, comme l’un des principaux penseurs au XXe siècle de la technique.

Sa critique de la société technicienne constitue la face la plus connue de sa pensée grâce à Aldous Huxley qui découvre et fait connaître La technique, ou L’enjeu du siècle publié aux États-Unis sous le titre The Technological Society.

Il a entrepris avec Bernard Charbonneau un travail de recherche et de réflexion sur l’évolution de la société moderne, en constatant que la disparition du monde rural traditionnel s’accompagne d’une technicisation et d’une normalisation croissantes de l’homme comme de son milieu. Toute sa vie intellectuelle et ses engagements seront consacrés à analyser méthodiquement les multiples conséquences de cette « grande mue » en anticipant nombre des interrogations de la réflexion écologiste.

Tout au long de plusieurs ouvrages, il a mené une étude critique de ce qu’il appelle « le système technicien » (titre d’un livre paru en 1977) – la technique étant d’après lui le facteur déterminant de la société moderne – notamment dans une trilogie sur la technique, dans laquelle il développe sa thèse, exemples à l’appui et en suivant l’évolution du phénomène technique. Thèse selon laquelle la technique s’auto-accroît, imposant ses valeurs d’efficacité et de progrès technique, niant l’homme, ses besoins, sa culture, ainsi que la nature. Bruno Latour écrit en 2000 : « les techniques appartiennent au règne des moyens et la morale au règne des fins, même si, comme Jacques Ellul en a témoigné il y a bien longtemps, certaines techniques finissent par envahir tout l’horizon des fins en se donnant à elles-mêmes leurs propres lois, en devenant "auto-nomes" et non plus seulement automatiques ».

Parallèlement à ses travaux novateurs sur la description et l’analyse « système technicien », Ellul a mené un travail sur le phénomène de la propagande dans les sociétés modernes avec notamment son maître livre sur la question intitulé Propagandes

Il analyse en particulier la distinction entre une « propagande politique » peu ou prou perceptible à des degrés divers dans tous les régimes institutionnalisés et une « propagande sociologique », phénomène contemporain du développement au XXe siècle des société de masse dans lesquelles l’individu est placé au cœur d’un jeu d’influences à la fois citoyennes (démocratie ou régime totalitaire) et sociétales (mode de vie, idéologie).

On peut le considérer, avec son ami Ivan Illich comme un des pères de l’idée d’après-développement, de décroissance raisonnée et de simplicité volontaire, ou, plus simplement, de l’écologie politique.

Le film JACQUES ELLUL, L’HOMME ENTIER

est sorti en septembre 1993, projeté dans quelques salles et diffusé sur France 3 Aquitaine. En mai 1994, le film passe sur France 2 (Présence Protestante), Jacques Ellul décède au même moment. La Direction du Livre du Ministère de la Culture attribue alors une aide pour qu’un montage des entretiens non utilisés dans le film soit réalisé. Les deux documents sont édités en VHS par les éditions du Seuil et Montparnasse vidéo. A l’automne 2009, le film (55 mn) et les entretiens (80 mn) sont à nouveau accessibles sous forme d’une édition DVD.

C’est vraiment une bonne nouvelle.

Comme le dit Gérard Wormser, philosophe, JACQUES ELLUL, L’HOMME ENTIER a des accents de manifeste. Il nous plonge au cœur du monde dont la présence hante le film et enracine son propos dans le temps et les lieux de son tournage, jour et nuit, à Bordeaux, Paris ou Chicago.

En rappelant le nombre de ceux qui sont passés par Ellul et en furent marqués, le film souligne la force communicative d’une pensée qui prend à bras le corps la question fondamentale de l’époque, celle du devenir de l’homme dans un monde bouleversé par les techniques de production et de pouvoir.

" Serge Steyer disait Jacques Ellul lui-même en octobre 1993 a su créer, à partir de données bien fragiles, une œuvre qui dépasse ce que je me sens être, ce que je m’évalue moi-même ! Tout ce que je sentais au plus profond de moi, que je n’ai jamais dit, il a su le discerner et l’exprimer avec une sensibilité et une réserve en même temps, qui m’ont assez ému."

Pour en savoir plus et/ou commander le DVD : http://www.ellul-dvd.com/