Agenda > Agenda du Grappe
jeudi 14 janvier 2010

Quelles initiatives locales vers l’autonomie alimentaire ?

 

Le Groupe de Réflexion et d’Action Pour une Politique Ecologique (GRAPPE) asbl, vous invite cordialement à la journée d’étude et d’échange d’expériences qu’il organise autour du thème :

« Quelles initiatives locales vers l’autonomie alimentaire ? »

Le jeudi 14 janvier de 9 à 17h

Centre l’Ilon, place l’Ilon, 17 à Namur

QUESTIONNEMENT DE DEPART

Un constat s’impose : depuis quelques années, la demande de produits alimentaires locaux, plus respectueux de l’environnement, des besoins et du travail de tout un chacun, augmente et l’offre ne suit pas. Tout cela parce les logiques sociétales, économiques et politiques dominantes éliminent, isolent et appauvrissent nos agriculteurs ou les obligent parfois à travailler de façon inacceptable pour eux-mêmes, pour la population et pour la nature. Que pouvons-nous y faire ? Il est essentiel que nous allions vers davantage d’autonomie alimentaire et de relocalisation dans un contexte de raréfaction des ressources fossiles et de réchauffement climatique. Pour cela, il faut soutenir de toutes nos forces nos agriculteurs présents et à venir à s’installer ou à se reconvertir selon des schémas nouveaux. Nous pensons avec bien d’autres que les communes sont des milieux de vie et des niveaux institutionnels privilégiés pour tenter de faire face à ces défis. Afin qu’ensemble nous apportions des pistes de solutions significatives à cette vaste question, GRAPPE propose d’assigner quelques objectifs à la rencontre du 14 janvier.

OBJECTIFS

- Prendre davantage conscience de la multiplicité des acteurs et des contextes de la production alimentaire en comprenant leurs différences et leurs points communs pour favoriser les synergies.

- Analyser à travers l’expérience et le témoignage des uns et des autres les freins et les atouts (institutionnels, économiques, juridiques, administratifs, psychologiques et autres) rencontrés à travers le déploiement d’une production alimentaire qui emporte la participation ou le soutien de tous.

- Aborder des opportunités, des outils et des façons de faire qui permettent dès aujourd’hui de construire des projets économiques et sociaux partant de diagnostics et de processus plus participatifs à l’échelon local et communal. A cet effet, nous souhaitons que les conclusions de la journée puissent servir à la rédaction d’un vade-mecum pour aider la population et tous les acteurs de nos communes d’aller vers davantage d’autonomie alimentaire.

La journée se montre également solidaire, du moins dans les principes, d’un processus né le 30 novembre 2009 à Bruxelles, à la Maison de la Paix, rue Van Elewyck, 35 et réunissant un panel d’associations de Wallonie et de Bruxelles voulant chercher des pistes au soutien d’une agriculture paysanne, notamment à l’invitation de l’association « Le Début des Haricots ».

PARTICIPANTS ATTENDUS

Nous invitons :

- Des agriculteurs/paysans et des représentants du monde agricole.

- Des associations et des coopératives dont l’un des objets ou l’objet principal touche au thème de la journée.

- Des personnes impliquées dans la vie de leur commune (citoyens, mandataires, administratifs, membres de divers organismes, commissions ou comités citoyens, éco-conseillers…).

- Des personnes ressources à divers titres.

PROGRAMME

La journée comprendra plusieurs étapes : la matinée sera consacrée à des conférences et l’après-midi à des tables rondes thématiques, ainsi qu’à une mise en commun en assemblée plénière.

9h00 : accueil et introduction, Martine Dardenne et Eli Michel pour GRAPPE asbl.

9h30 : cycle de conférences (voir détails ci-dessous)

11h00 : pause

11h15 : suite des conférences

12h20 : suggestions écrites des participants pour enrichir les débats de l’après-midi

12h30 : pause de midi

14h00 : début des tables rondes par thématique (voir détails ci-dessous)

15h30 : pause

15h45 : présentation en assemblée plénière des réflexions et conclusions par les rapporteurs des groupes thématiques

17h15 : Remerciements et conclusions générales, Martine Dardenne et Eli Michel pour GRAPPE asbl

Voici un aperçu des interventions de la matinée :

La diversification et le circuit court : témoignage de producteurs et de consommateurs (Monsieur Raymond Sizaire, agriculteur à Habay-la-vieille et un représentant de la ferme arc-en-ciel de Wellin).

La restauration collective, un partenaire et un effet d’entraînement possible pour la production locale (Monsieur Hermann Pirmez, BIOFORUM).

Le cadre local et communal, des outils et des moyens (Monsieur Damien Hubert, éco-conseiller à la ville de Mons).

Des approches conservatoires et solidaires autour de jardins et de vergers (Monsieur André Sterckx, initiateur du projet des jardins partagés de Villers-la-Ville).

La dimension culturelle, la formation et la transition vers l’installation professionnelle, des problèmes cruciaux de l’agriculture (Madame Nathalie Delneste du CRABE asbl).

La production alimentaire : un profil local, expériences en la commune de Gesves.

Une association assez bien implantée localement, Nature et Progrès (sous réserve).

Les villes en transition, un concept à mettre en œuvre pour des communes plus autonomes (Madame Veronika Paenhuyzen, Amis de la Terre).
Vers une réorientation des choix agricoles et alimentaires (Monsieur Laurent Lievens, doctorant aux FUCAM).

Ces interventions n’ont pas la prétention de couvrir l’intégralité des problématiques de l’agriculture et de l’alimentation. Elles ont pour but de présenter des expériences concrètes et des opportunités à saisir.

Les thématiques proposées pour l’après-midi ont pour but notoire que les démarches professionnelles, citoyennes, associatives, coopératives et les logiques institutionnelles se rencontrent :

- Installer et pérenniser : les formes de financement, de soutien et de partenariat à la production.

- La commune, une institution, des moyens, des outils et un cadre participatif pour restaurer une agriculture et des activités locales.

- Vivre de la terre, un métier, un mode de vie et un sens commun : comment former, éduquer et créer une atmosphère propice face à des problèmes culturels et techniques pour que davantage de personnes cultivent la terre.

- Créer des filières complètes à taille humaine sur le plan local, translocal et régional. Produire, mais aussi transformer, distribuer et vendre : quelles pistes ?

- Que produire et dans quelles conditions pour gagner sa vie, travailler raisonnablement, préserver sa santé et celle des autres ?

INFORMATIONS PRATIQUES

Adresse et accès : Le Centre de l’Ilon Place de l’Ilon, 17 à 5000 Namur

A PIED : de la place de la Station (gare), prendre en face la rue Godefroid. Au bout, prendre à gauche la rue de Bruxelles qui devient la rue Saint-Jaques puis, toujours tout droit la rue Emile Cuvelier. Juste après le théâtre de Namur, empruntez sur votre gauche la rue Julie Billard, puis toujours à gauche, la rue de Gravière qui débouche sur la place l’Ilon.

EN VOITURE : sortie n° 14 (Bouge) sur la E411 (Bruxelles-Arlon). Prendre la direction Namur et descendre la route de Hannut et l’avenue Albert 1er. Aux feux, prendre à gauche et suivre le boulevard Cauchy puis l’avenue Comte de Smet de Nayer : au rond point (Cheval Bayard), continuez tout droit jusqu’aux prochains feux. Tournez à droite dans l’avenue Fernand Golenvaux. Vous pourrez garer votre véhicule dans le parking situé à votre gauche. De là, empruntez la rue Bas de la Place, qui devient rue de Gravière et vous arrivez sur la place l’Ilon.


Restauration

Une petite restauration et des boissons sont assurés directement en salle par les soins d’une entreprise de formation par le travail. Cette petite restauration et ces boissons peuvent être commandés en vous inscrivant (voir ci-dessous) aux tarifs qui suivent. Ils sont à régler en espèce lors de la journée auprès de la personne de GRAPPE asbl qui sera présente à cet effet. Il y a aussi un restaurant sur place, mais vu les délais et les nombreuses demandes, nous ne garantissons pas du tout aux participants de pouvoir y prendre leur repas de midi. Il y a de nombreux restaurants dans la ville de Namur pour les personnes qui choisiraient cette option.

Tarif des boissons et sandwiches servis en salle : Café et thé : 0,5 € ; eau plate ou eau pétillante : 2 €/bouteille d’1l ; jus d’orange ou coca : 2,5 €/bouteille d’1l ; boîte d’assortiment de biscuits : 5 € ; croissant ou pain au chocolat : 1 € ; sandwiche : 1,5 € ; dagobert : 2,20 €.

Des questions ?

Personne de contact : Eli MICHEL, stagiaire éco-conseiller
de.eli.michel@gmail.com

GRAPPE asbl, rue Basse Marcelle, 26 à 5000 Namur

Inscription

Gratuite et obligatoire auprès de la personne de contact, par e-mail ou à défaut par courrier postal, jusqu’au 9 janvier 2010 inclus, en précisant si vous souhaitez consommer quelque chose sur place et en le détaillant, le cas échéant.

Au plaisir de vous rencontrer !




1 Message