Publications externes > Lu pour vous
jeudi 2 avril 2009
Ceci est un article externe qui ne reflète pas la position officielle du GRAPPE

Des chiffres et des êtres

 

Le dernier EcoRev’, revue critique d’écologie politique, vient de sortir dans sa version papier. 7 euros pour un numéro consacré à la fascination des chiffres. Au-delà du dossier, vous retrouverez nos rubriques habituelles.

Relancer la croissance coûte que coûte. Malgré les beaux discours, les pompiers pyromanes qui tentent aujourd’hui d’éteindre les foyers allumés dans l’ordre économique et financier ne se sont toujours pas décidés à braquer leurs lances sur l’incendie écologique. Les études s’accumulent pourtant pour démontrer que le marasme actuel ne sera rien en regard du coût des dégâts infligés à la planète. Les estimations de Nicholas Stern sur le coût du changement climatique sont sans cesse réévaluées.
Peut-on attendre des suites de l’électrochoc provoqué par le rapport de l’économiste britannique ?

Ni la fonte spectaculaire du pôle Nord, ni les images choc des ours polaires nageant désespérément à la recherche d’un bout de banquise, ni la menace d’engloutissement de certaines îles du Pacifique, ni même les rapports alarmants du GIEC (groupe d’experts internationaux du climat) n’étaient pourtant parvenus à un tel exploit : faire du changement climatique un sujet suffisamment "important" pour mériter la une des médias. En donnant un prix à la catastrophe écologique qui nous guette, Stern semblait avoir touché la corde sensible des dirigeants de ce monde. Face à leur manque d’intérêt pour l’érosion de la biodiversité, l’économiste indien Pavan Sukhdev a été chargé par l’ONU d’évaluer le coût de la destruction des écosystèmes.

Tout ceci révèle à quel point nos sociétés modernes semblent obsédées par les évaluations chiffrées. Ecologistes compris, car il faut parfois parler la même langue... Arguments suprêmes, arbitres des débats d’idées, les indicateurs revêtent pour la plupart d’entre nous les qualités les plus précieuses héritées des Lumières : objectivité, rationalité, scientificité. Jusqu’à devenir parfois des arguments suprêmes, les arbitres définitifs des débats d’idées et des choix politiques... quitte parfois à court-circuiter le débat démocratique.

C’est donc dans ce monde de statistiques et d’indicateurs que ce nouveau numéro d’EcoRev’ nous invite à plonger.

"Des chiffres et des êtres"

Dossier coordonné par Aurélien BOUTAUD

CLASSIQUES

"Un thermomètre qui rend malade ?"
Patrick VIVERET

"Au-delà des chiffres et du productivisme : redéfinir la richesse comme production de soi"
André GORZ

"Quantification et idéologie"
Anita ROZENHOLC et Pierre DELORME

"Les chiffres au service d’une alliance nouvelle entre économie, écologie et démocratie"
entretien avec Jean GADREY

"L’obsession du chiffre"
Julien MILANESI

"L’empreinte écologique, entre fantasmes et réalité"
Aurélien BOUTAUD

"Des indicateurs composites de développement humain et de santé sociale : un enjeu de démocratie ?"
Florence JANY-CATRICE

"Élaboration d’un indicateur participatif de bien-être (IPBE) :
l’exemple du territoire d’Hénin-Carvin (Nord-Pas-de-Calais)"
Jean-Christophe LIPOVAC et Bertrand ZUINDEAU

"La sobriété joyeuse ? et autres questions à poser aux indicateurs subjectifs"
Luke HAYWOOD

PISTES

"Changement de pratiques, retour au local ?"
Jean-François CARON

KIT militant

"Fête improvisée dans appart’ à louer"
Karima DELLI et Manuel DOMERGUE

Et toujours des lectures et un agenda.

104 pages, 7 euros

Disponible par abonnement :

http://ecorev.org/spip.php?article1,

par commande au numéro :

http://ecorev.org/spip.php?article107

et dans les bonnes librairies grâce à notre diffuseur Difpop

http://www.difpop.com.