Accueil
dimanche 4 septembre 2005 par Banlieues
Edito septembre

Quand les politiques font des drôles de choix

 

Alors que la planète sonne l’alerte de tous les côtés et montre à souhait qu’il est temps de changer de modèle de société, les partis traditionnels s’enlisent dans la conception dépassée d’un monde infini saupoudré (dans les discours du moins) d’écologie tout en traitant les écologistes de joyeux imbéciles radicaux.

Ainsi, pour le parti socialiste, sorti du bois lors de la rentrée politique de septembre, les OGM font partie de l’avenir de la Wallonie pour raisons que celle-ci ne pourrait se passer des retombées économiques exceptionnelles annoncées pour ce produit miraculeux. Il n’a rien à cirer des dangers liés à leur dissémination. Rien à cirer que, du fait des OGM, la pluralité des cultures et l’agriculture biologique risquent d’être mises à mal. Rien à cirer ... du moins jusqu’au jour où les assureurs augmenteront les primes de risque de manière dithyrambique et qu’il faudra une fois de plus que l’argent public vienne colmater les brèches d’un système mal pensé dès le départ.

Ainsi encore pour le CDH et le PS, le plan Marshall ne doit pas tenir compte des défis énergétiques auxquels la planète entière est confrontée mais doit se centrer sur des secteurs technologiques de pointe comme les nanotechnologies ou l’aéronautique ! La facture de Francorchamps devra être honorée et tant pis si l’argent public a été si mal placé [1].

Du côté fédéral, dans le grand charivari qui a suivi l’annonce impétueuse de Didier Reynders de donner à chaque ménage un chèque royal de 75 euros pour faire face à la facture énergétique, rien n’a été pensé pour assurer aux plus démunis et aux collectivités l’accès aux investissements permettant les économies d’énergie dont pourtant ils/elles devraient être les premiers/ères à bénéficier. Au contraire puisque le système retenu finalement permettra aux plus gros consommateurs d’obtenir le remboursement le plus important [2] sans condition de réinvestissement. Et dire qu’on cherche des moyens pour refinancer la Sécu !

Tous les partis traditionnels, Ecolo compris, poursuivent leur critique acerbe (le mot est faible) des opposants de gauche au projet de traité européen en continuant à les traiter de trotskistes poujadistes affectifs anti-européens. Leur non serait un « dérapage condamnable » qui, pire, pour certain, risquerait « de faire le nid de la bête immonde [3] ». Ils restent jusqu’ici complètement muet sur notre appel aux écologistes pour une autre Europe.
Et dire qu’il vaut mieux vaut prévenir que guérir, dit-on. On le voit, on est loin du compte.
Si nous sommes loin d’avoir la représentation politique à laquelle nous aspirons, heureusement ceci ne nous empêche pas de continuer à travailler, et même, de temps à autre, à faire passer une des idées que nous défendons. Et ça c’est gai. C’est gai de mouiller son maillot et d’aller au charbon pour faire avancer le « schmilblic ».

Ainsi, le réseau des écologistes pour une autre Europe est occupé à se constituer et il ne tient qu’à vous si vous le souhaiter de venir le renforcer.

Ainsi encore, à la suite des réflexions issues de la rencontre « quel monde voulons-nous pour demain ? », Grappe organise à Namur (Arsenal) le samedi 22 octobre de 9 H à 17 H 30 son prochain colloque international sur « la science, la technique et la politique de recherche. Quelle recherche scientifique ? Pour quel progrès ? . Il est inutile de dire que vous êtes les bienvenus et que c’est avec joie que nous vous y retrouverons. Attention seulement à vous inscrire à temps, le nombre de place est limité.
Encore un mot. Grappe soutient l’action « Bolkestein : c’est le moment d’agir » que vous trouverez ci-après et a lancé la pétition « Plus un Euro pour la formule 1 à Francorchamps » à laquelle vous pouvez également participer à partir de la colonne de gauche Pétition
Alors ? On continue ? On continue.

Michèle Gilkinet
Présidente du GRAPPE

[1Rappelons qu’en 2001, pour le PS, le PRL et le CDH Francorchamps, vitrine économique de la Wallonie allait rapporter gros.

[2Ceci me fait penser à mon beau-père qui avait trouvé un petit magasin qui lui faisait une ristourne sur ses cigares préférés. Il observait lui-même avec humour qu’ainsi plus il en consommait plus on lui rendait de l’argent.

[3Voir notamment « Non au Traité, Viva la Muerte ? » sur le site Etopia